Le télétravail et les nouvelles douleurs

 

Beaucoup de personnes ont eu la joie et le bonheur d’éprouver le télétravail.

 

Ce qui a donc impliqué d’effectuer un travail d’écran soutenu à leur domicile.
Et, au niveau ergonomique, cela a donc été la foire à la débrouille.

 

Malheureusement, nos logements ne sont pas forcément adaptés au niveau ergonomique pour effectuer des taches professionnelles soutenues.

 

Déjà, fallait -il avoir un bureau, ce qui n’était pas forcément le cas de tous.
Aménagement d’un coin qui se glisse dans l’organisation de la famille, un peu à la va vite et avec les moyens du bord.
Une chaise de cuisine en guise de siège !
Un coin de table de salle à manger en guise de bureau !

 

La tête baissée façon tortue pour y voir clair sur l’écran du portable de la boite avec les coudes qui tombent dans le vide pendant la frappe d’un clavier qui casse les poignets.

 

Les pauvres muscles du corps sollicités dans une nouvelle position pendant bien plus d’heures qu’ils ne sont prêts à l’accepter.

 

Même en ayant la chance d’avoir une pièce bureau, l’aménagement n’était pas forcément « académique » ! Les yeux perdus face à un écran à l’autre bout du bureau pour ceux qui ont bénéficié d’un ordinateur fixe et bien d’autres joies qu’on pas le temps de changer : faut bosser ! faut avancer.

 

Et l’ordinateur portable qu’on a baladé un peu partout dans la maison, le testant sur les genoux, sur la table basse, sur un coin de table de cuisine en faisant les biberons ou parfois sur le balcon en luttant contre les reflets du soleil pour essayer d’y voir un peu clair.

 

Les corps ont été très sollicités musculairement et au niveau des yeux qui ont eu à gérer souvent beaucoup plus d’heure d’écran qu’habituellement puisque les réunions étaient virtuelles.
On se lève le matin, on attaque le boulot les yeux rivés sur l’ordinateur et le téléphone pour toute la journée et sans aucune coupure, sans vision lointaine puisque pas de trajet de retour. Et puis on a enchainé sur l’écran du téléviseur et, pour se finir, un dernier petit coup sur le téléphone avant le dodo.

Nos pauvres yeux ont bien souffert durant cette période particulière.

Pour un peu que notre rendez-vous ophtalmique prévu durant le confinement n’ai pas vu le jour, nos yeux douloureux ont en plus travaillés avec des lunettes non adaptées.

 

Le mental a aussi pris cher de son côté !!

Pas de trajet pour le travail, oui, ça c’était une contrainte en moins ; voir un bonheur.

Mais il reste les heures de visio-conférences durant lesquelles nous aimerions avoir du temps pour faire avancer notre travail à nous en regardant l’horloge avancer inexorablement, chargeant tranquillement notre mental du stress.

Et nos charmant enfants, adorables, que l’on aime de tout notre cœur mais que nous avons parfois songé à bâillonner un instant pour faire taire le bruit ambiant et les sollicitations forcément au mauvais moment histoire de nous faire crisser les ongles sur la surface du bureau pour, dans un effort considérable, rester d’un calme olympien.

 

Visio-réunion – pause couche ou devoirs – visio-réunion – faire à manger – visio-réunion – donner un gouter – décoincer le collégien sur le site de l’école bloqué – réunion – pourrir la tête du gamin qui n’a pas respecté les consigne de vous laisser tranquille … ….

Et les journées enchainées dans la joie et la sérénité ainsi de suite 

 

Mal au dos

Mal aux yeux

Mal la tête

Les humains découvrent de nouvelles douleurs

 

Quel bonheur pour ceux qui retournent au boulot le masque vissé sur le museau en se demandant à partir de quel moment le taux d’oxygène sera assez bas pour s’endormir un moment.

 

Il reste que cette leçon peut tout de même servir : Il faudrait réfléchir à faire entrer un peu d’ergonomie dans nos foyers afin de réussir à travailler dans de meilleures conditions non  ?

 

Un coin bureau avec une bonne assise, des bras soutenus, un écran lisible sans avoir à sortir un cou de girafe.

Réfléchir à l’accès aux documents, à l’imprimante sans se tordre dans tous les sens.

Prévoir des changements de position réguliers pour reposer nos muscles engourdis.

Se construire un petit rituel d’exercices physique pour faire circuler dans tout ce corps si serviable l’énergie dont il a besoin.

Trouver avec les enfants un système de routine qui permet de leur éviter de déranger au plus mauvais moment.

Faire des pauses pour nos yeux : massages, vision de loin, un peu de « yoga des yeux ».

 

C’est une leçon que nous pouvons exploiter avec cette nouvelle expérience et notre corps en sera ravi.

 

Et surtout, n’oubliez pas de le remercier ce corps pour son soutien durant cette période si spéciale :
Offrez-lui donc un petit bichonnage pour lui enlever ces contraintes qui ont posées leur empreinte dans les muscles. Un peu de sport, un petit massage, un peu de plein air, un peu de soleil (si il revient le bougre )

 

Prenez soin de vous

 

 

About the author